Une page a été trouvée avec le mot clé Asperge.

Asperge

image asperge_muffat_14_juillet_2011_2.jpg (0.2MB)
Crédit GRAB

L’asperge (Asparagus officinalis) est une culture peu développée en AB, mais qui apparaît de plus en plus chez les producteurs de légumes du fait d’une bonne valeur ajoutée et d’une période de récolte/commercialisation qui coïncide avec une offre peu diversifiée chez les maraîchers.
On distingue l’asperge blanche (cultivée en l’absence de lumière) de l’asperge verte ou violette, dont la coloration dépend de la durée d’exposition de la tige à la lumière.

C’est une plante pluriannuelle qui se développe à partir de griffes (qui correspondent au plateau racinaire de la plante). En se développant, elle forme des rhizomes qui accumulent les réserves nécessaires au démarrage de la plante au printemps, et la formation de turions (partie comestible de la plante) qui, s’ils poursuivent leur développement, donnent naissance à une hampe florale qui permet de reconstituer les réserves de la plante.

La culture se fait généralement sur butte, la griffe remontant à la surface du sol pendant la culture. La plantation à lieu en sortie d’hiver (mars) de l’année N, et permettra des récoltes en avril-mai de l’année N+2, et avril à juin pour les années suivantes. La culture peut produire durablement pendant 8 à 10 ans, ce qui implique d’accorder un soin particulier au choix de la parcelle et à la préparation de la plantation. Un engrais vert l’année précédant l’implantation est conseillé, ainsi que la réalisation de faux semis.
Le cycle annuel est constitué de 3 phases : un repos végétatif en automne-hiver, la récolte au printemps, puis la reconstitution des réserves pendant l’été.

La plantation doit se faire en sol meuble en profondeur (les griffes sont plantées à plat dans de larges tranchées, entre 25 et 30 cm de profondeur), en fin d’hiver ou début de printemps (jusqu’à l’apparition des bourgeons sur les griffes).
Pour l’asperge verte, la plantation est moins profonde. Le sol doit être drainant en profondeur. La densité de plantation est de 14 à 25 000 plants/ha, à raison de 25 à 30 cm entre plants, et 2 à 2,5 m entre rangs, en fonction du matériel disponible.
A la plantation, du compost mur peut être épandu au fond des tranchées, les griffes sont ensuite recouvertes d’un mélange terre/compost mur tassé sur 10 cm.

Après plantation, la culture est buttée en plusieurs fois pour faciliter le réchauffement de la terre, et remplir successivement la raie de plantation qui sera comblée complètement en fin de 2ème année. Un apport d’engrais peut être réalisé dans la raie en cours de 2ème année (puis avant la récolte les années suivantes). La 3ème année (et les suivantes), deux buttages seront réalisés à la fin de l’hiver (le buttage est moins important, voire inexistant pour l’asperge verte). La récolte suivra à partir d’avril (en fonction de la variété) pour 2 à 4 semaines (4 à 6 après la 4ème année). Tous les ans, à l’automne, les fanes sèches sont coupées et exportées. La culture est généralement débutée en novembre, puis de nouveau buttée en mars de l’année suivante.

La récolte se fait à l’aide d’une gouge (long couteau à bout rond), en décollant le turion du rhizome. Elle est très gourmande en temps (5 à 7kg/heure pour une personne expérimentée) et des rendements de 1 à 2 T/ha la première année de récolte (étalée sur 20 jours), puis 3 à 4 T/ha (étalée sur 50 jours). L’échelonnement de la récolte peut également être facilité par un choix variétal adapté.

Du fait de son enracinement, l’asperge préfère les sols légers et profonds (sablo-limoneux ou sablo-humifères) de pH variant entre 6,5 et 7,5, et perméables, car elle ne supporte pas l’excès d’eau.

D’un point de vue sanitaire, l’asperge est sensible à certains pathogènes du sol tels que le Rhizoctone violet et à la fusariose (un test de la parcelle peut être réalisé pour vérifier le niveau de risque, et veiller à la qualité des griffes à la plantation, les praliner à l’argile et au lithotamne si nécessaire). En végétation, pourriture grise, rouille et Stemphylium provoquent des dégâts parfois importants. Ils peuvent être limités par le choix de variétés résistantes (à la rouille notamment), une réduction de la densité de la culture, et parfois par la pulvérisation de préparations visant à assécher le feuillage (lithotamne par ex.).
Mouches des semis et pucerons peuvent ponctuellement provoquer des dégâts. La mouche de l’asperge (larve) provoque le dessèchement des tiges, et le criocère (adulte et larve) se nourrit des tiges en cours de ramification (turions au printemps et feuillage en été) réduisant le rendement (en cours et à venir). Peu de moyens de lutte efficaces contre ces deux ravageurs. Un des moyens de lutte contre le criocère consiste à éliminer les fanes sèches en automne et les brûler.


L’essentiel


Culture pluriannuelle (jusqu’à plus de 10 ans).
Rotation de 10 ans nécessaire.
Eviter les précédents sensibles au rhizoctone (trèfle, carotte, pomme de terre, ….)
Précédents favorables : céréales à paille, moutarde, …
Le sol doit être meuble, profond et drainant.
Apporter une attention particulière à l’implantation de la culture et son entretien les 2 premières années, car elles conditionneront les récoltes des années suivantes.
Densité de plantation : 14 à 25 000 plants/ha en fonction du type d’asperge produit et 25-30 cm entre les plants, écartement entre les rangs en fonction du matériel disponible.

Aspect sanitaire

Bien choisir la parcelle (type de sol, risque vis à vis des pathogènes du sol)
Exporter et détruire les résidus de végétation pour réduire les risques liés au Criocère.

Rendement potentiel
Rendement augmentant progressivement jusqu’à 3-4 T/ha à partir de la 3ème récolte.
Filtrer :   Binage   Bio   Blette   Brocoli   Butternut   Carotte   chou de Bruxelles   Fiche technique   ITAB   Piment   Poirée   Principes   scarole  Ail  Artichaut  Asperge  Aubergine  Bette  Betterave  Bio  Céleri  chicon  Chicorée  Chicorée  Chou pommé  Chou-Fleur  Chou-rave  Concombre  Conservation  Courge  Courgette  Désherbage  Doucette  Echalote  Endive  Epinard  Fenouil  Fève  fiche technique patate douce bio  Fiches techniques  Fraise  Guide Maraichage  Haricot  ITAB  Laitue  Légumes  Légumes Bio  Légumes Bio  Mâche  Maladies et ravageurs  Maraîchage Bio  Maraichage  Mâche  Melon  Navet  Oignon  Organisation  Panais  Patate douce  Planification  Plants  Poireau  Pois  Poivron  Pomme de terre  Potimarron  Produire des légumes biologiques  Radis  Références  Récolte  Santé des plantes  Semences  Technico-économiques  Tomate