Document techniques



Observatoire de la fertilisation 2017, une progression de l’organique
L’observatoire de la fertilisation minérale et organique mis en place par l’Association Nationale Professionnelle pour les Engrais et Amendements (ANPEA) publie ses résultats de l’année 2017 : 2017ANPEA_Observatoire_FERTI.pdf (0.7MB) 17,6 millions de tonnes d’engrais et d’amendements ont été commercialisées en France dont 11,2 d’origine minérale et 6,4 d’origine organique. La part de l’organique progresse de 2 points à 36 % du total en tonnes de produit. En tenant compte des effluents d’élevages non commercialisés et épandus localement, les apports organiques contribuent à 27 % de l’azote, 54 % du phosphore et 72 % du potassium apportés aux sols agricoles.



L'ADEME a financé un projet de recherche visant à produire des indicateurs pour les sols forestiers.
Ces indicateurs de terrain servent à estimer si un sol a des réserves en nutriments importantes ou pas.
Dans le contexte de la forêt française où les amendements/fertilisations sont très rares, mais où les
récoltes intensives de biomasse se développent, ces indicateurs ont pour fonction d'aider les gestionnaires à identifier les écosystèmes sensibles (sans recours aux analyses de terre, bien connues des agronomes mais qui ne sont pas utilisées par les forestiers).
Les livrables finaux de ce projet sont en ligne sur le site de l’ADEME



Guide de gestion de la fertilisation en maraîchage biologique
Réalisé par la CAB Bio des Pays-de-la-Loire.
Présentation et commande



Webdoc du séminaire « Regards croisés sur les usages, fonctions, services et valeurs des sols agricoles » organisé par le GIS RELANCE AGRONOMIQUE.



Matières fertilisantes organiques : gestion et épandage - Guide des bonnes pratiques
Plaquette ADEME, 15 pages
Résumé : Selon le statut des matières fertilisantes d'origine résiduaires (MAFOR)) - de déchet à produit - leur utilisation est encadrée par la loi, les règlements sanitaires départementaux, des normes, des autorisations de mise sur le marché ou des cahiers des charges.
Collecte, stockage et épandage obéissent ainsi à des règles précises qui peuvent être renforcées par des mesures contraignantes dans les zones vulnérables, soumises à la directive "Nitrates".
S'adressant aux agriculteurs et à leurs conseillers, cette plaquette présente les bonnes pratiques pour l'usage des MAFOR afin d'optimiser l'utilisation de leur richesse nutritive par les cultures ou les prairies. Elle est illustrée par des avis d'experts du secteur agricole et par des retours d'expériences qui mettent en évidence les bénéfices à attendre d'un bon usage de ces ressources.
A télécharger ici



Guide « Qualité et usages des sols urbains : points de vigilance »
Elaboré par le Groupe de travail « Risques liés aux jardins collectifs et privatifs urbains », ce guide a pour objectif de sensibiliser les jardiniers, les gestionnaires et les collectivités sur la contamination potentielle des sols urbains et périurbains afin de mieux orienter leurs usages. Cette synthèse est fondée sur des retours d’expériences associant des acteurs de la recherche, des collectivités et du monde associatif. Il s’agit d’une expertise scientifique et technique menée en toute indépendance par les membres du Groupe de travail « Risques liés aux jardins collectifs et privatifs urbains », rassemblant notamment l'Université de Nantes, le CEREMA, la Ville de Paris, l'ISA Lille, le BRGM, l'IRSTV et l'INRA-Agro Paris Tech. Ce guide est financé dans le cadre du projet POLLUSOLS soutenu par la Région Pays de la Loire.
Pour télécharger le guide



Les résultats du projet JASSUR - JArdins ASSociatifs Urbains et villes durables : pratiques, fonctions et risques - sont parus : Consulter le compte-rendu de fin de projet



Trois documents en provenance du Québec :
(source : MRF pot-pourri, le 10 février 2017, vol. 17, no 1)

1. Questions et réponses sur le recyclage agricole des boues d’épuration municipales
DMR – MDDELCC
«Le présent document a d’abord été publié en avril 2006 par le Ministère. Dix ans plus tard, le Ministère en a fait une nouvelle édition pour tenir compte des plus récentes études scientifiques, notamment celle de l’Institut national de santé publique du Québec (Samuel et al. 2016). Ce document se compose de 25 « questions et réponses » liées à des préoccupations fréquemment soulevées. Il décrit aussi la démarche suivie par le Ministère pour veiller à la protection de la qualité de l’environnement et de la santé humaine.»

2. Bilan 2015 du recyclage des matières résiduelles fertilisantes
DMR – MDDELCC
«Le présent document donne une description des statistiques du recyclage des matières résiduelles fertilisantes (MRF) pour l’année 2015 […] Le recyclage des MRF par épandage au sol, avec ou sans compostage préalable, a permis de détourner de l’élimination environ 1,5 million de tonnes de résidus en 2015 […] Ce recyclage a contribué à diminuer les coûts de fertilisation et à améliorer la qualité des sols (matière organique et pH) de quelque 1 700 exploitations agricoles. Il a aussi permis de végétaliser des sites dégradés et d’augmenter la production forestière […] Le recyclage des MRF se révèle aussi important dans la lutte contre les changements climatiques […]
La croissance du taux (d’épandage) des biosolides municipaux (+104 %) porterait le taux estimé de recyclage des biosolides municipaux à environ 42 % […]
Environ 72 % des MRF recyclées l’ont été en terre agricole, sur 6 % des fermes du Québec. Ces tonnages ont été épandus sur 4,3 % des sols cultivés, comparativement à environ 65 % des sols pour les engrais minéraux et 50 % pour les fumiers et lisiers […] Les biosolides municipaux ont été épandus sur 1,5 % des superficies cultivées. Les MRF ont contribué pour 3,2 % aux charges en phosphore épandues en agriculture contre 31 % pour les engrais minéraux et 66 % pour les fumiers et lisiers […]
Pour ce qui est des utilisations non agricoles, 8 % des tonnages de MRF ont été utilisés pour la végétalisation de sites miniers, 4 % pour les plantations d’arbres (sylviculture) et 16 % pour d’autres usages, principalement l’utilisation de composts en aménagement paysager et en horticulture ornementale.
La majorité des MRF épandues au sol était des biosolides papetiers et des résidus de désencrage chaulants (34 %), des biosolides municipaux (23 %) et des composts (18 %) […]
En 2015, la grande majorité des 1950 nouveaux projets d’épandage en agriculture a été encadrée par avis de projet (91 %) plutôt que par certificat d’autorisation (9 %), ce qui a permis un important allégement sur le plan administratif […] Le recyclage des MRF en agriculture a impliqué une trentaine de firmes d’épandage et une soixantaine d’agronomes […] Sur le plan de la conformité, un programme spécifique a été mené sur 5 % des fermes réceptrices […] Le taux de conformité moyen était de 99 % sur plus de 27 points de contrôle […]»


3. Guide d’accompagnement vers une optimisation des pratiques - Recyclage agricole des biosolides municipaux
RECYC-QUÉBEC / Solinov
«Ce guide vise à aider les gestionnaires de stations de traitement des eaux usées municipales à cerner les principaux aspects techniques, administratifs et logistiques liés à la mise en place et au suivi d’un programme de recyclage des biosolides. Il rassemble l’information nécessaire à la planification et au suivi d’un programme de recyclage ainsi qu’un recueil des principales clauses techniques à inclure dans les devis d’appels d’offres. Il comprend aussi des études de cas de 5 stations d’épuration des eaux usées qui recyclent déjà leurs biosolides.»



L'INRA a finalisé la parution de la plaquette "L'INRA et l'agriculture biologique". Elle est désormais téléchargeable sur le site du CIAB


L’ITAB publie un rapport complet sur les multiples bénéfices de l’agriculture biologique
Suite à la remise au Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, du rapport : « Quantification et chiffrage économique des externalités de l’agriculture biologique ? », la présentation publique du 25 novembre 2016 a permis d’expliciter le contexte, la démarche, l’analyse des volets : environnement, santé, social, ainsi que les enseignements de l’étude.
Confiée en janvier 2016 par Stéphane le Foll à l’ITAB, avec l’appui de l’INRA, cette étude, à laquelle ont été associés des chercheurs de l‘INRA de différentes disciplines pour couvrir le champ large des domaines analysés, permet de disposer d’une analyse de la littérature scientifique pour objectiver l’évaluation des externalités de l’agriculture biologique (AB).
L’étude a mis en évidence les nombreux bénéfices de l’AB permettant de justifier un soutien financier reposant sur les atouts avérés de l’AB pour la société. Leurs chiffrages économiques sont eux plus difficiles à produire. Les travaux à poursuivre ou à engager sur la thématique de l’évaluation et du chiffrage économique des externalités de l’AB sont conséquents et ne pourront produire de résultats opérationnels à court terme ; ils pourront en revanche contribuer, au-delà de l'AB, à la définition de systèmes agricoles et agri-alimentaires plus durables.
Le rapport complet (136 pages) et la synthèse (20 pages) sont disponibles sur les sites :
- de l’ITAB
- de l’INRA
- du Ministère de l’Agriculture


Bulletin Valor-PRO n° 1
Le premier bulletin d’informations sur la valorisation des produits résiduaires organiques (PRO) est en ligne sur le site internet « valor-pro » de l’INRA, à télécharger ici


Livret lisier, par Bernard Godden et Pierre Luxen
70 pages, tout sur le lisier : production, stockage, épandage, traitements, pertes…
Télécharger le document de 70 pages