Une page a été trouvée avec le mot clé Artichaut.

Artichaut


image ArtichautConseil.jpg (84.5kB)
Crédit M. Conseil


L’artichaut (Cynara scolymus) est une plante méditerranéenne sensible au gel et à l’excès d’eau, qui se multiplie essentiellement par voie végétative (par drageons), même si des variétés de semis existent. Sa production hors du bassin méditerranéen a débuté à partir du XVIème siècle. En France, l’essentiel de la production est concentré en Bretagne (pour les types globuleux), et le Sud-Est.
C’est une culture pluriannuelle dont la durée moyenne est de 3 à 4 ans.
On distingue plusieurs types variétaux : globuleux vert (type Camus ou Castel en Bretagne, Gros vert de Laon, …) ou conique violet (« Violet de Provence »).
Un plant produit un capitule principal (« mère ») et 1 à 3 capitules secondaires (« ailerons) pour les variétés globuleuses (plus pour les types violets).

L'essentiel


L’artichaut affectionne les sols limoneux, frais, profonds et drainants, et bien pourvu en matière fertilisante (apport de fumier mûr avant plantation si le précédent est pauvre).
Les plants utilisés sont des rejets qui prennent naissances sur les rhizomes après broyage d’une autre culture. Les 4 à 5 rejets de chaque plant sont ainsi arrachés (« dédrageonneage ») en fin d’hiver ou au printemps, juste avant plantation dans une autre parcelle. Cette opération fastidieuse est à réaliser tous les ans, que les drageons (rejets) soient replantés ou non.
La plantation est fait après les dernières gelées, jusqu’à la mi-mai (plus tard pour le type violet dont le cycle est plus court), à la densité de 1 plant/m2. En général, la plantation se fait selon une disposition en carré, permettant des binages en long et en large dans la parcelle.
L’entretien de la culture se fait par binages successifs tant que la végétation le permet (herse étrille et bineuses à doigts donnent de bons résultats). En fin de saison, les bâtons sont détruits après récolte des capitules secondaires, et un buttage permet de protéger les plants de l’hiver (froid et excès d’eau).

En cours de culture, un amendement est nécessaire, à l’automne avant buttage ou au printemps, pour permettre une production correcte en 3ème année.

D’un point de vue sanitaire, l’artichaut est sensible à différentes maladies aériennes (mildiou sur feuille, botrytis, ascochytose) en conditions humides. Certaines variétés sont moins sensibles que d’autres. Les principaux ravageurs sont les limaces (sur feuilles et capitules) et pucerons qui posent ponctuellement de gros problèmes. En général, la biodiversité fonctionnelle permet de réduire la pression de ces ravageurs.


Rendement potentiel
La récolte est manuelle, et se fait en fonction du calibre recherché. Elle est étalée d’avril aux premières gelées en fonction de l’âge de la culture et varie de 3 T/ha la première année à plus de 10 T/ha la troisième.

Temps de travaux indicatifs
Dédrageonnage : 1h/are
Plantation : 1h/are
Récolte : 1h/are

Repères pour la culture
Rotation : 10 ans (6 ans minimum sans artichaut, car la culture reste jusqu’à 4 ans en place)
Re-Fertilisation nécessaire en cours de culture (2ème et 3ème année)
Culture gourmande en main d'oeuvre
Filtrer :   Binage   Bio   Blette   Brocoli   Butternut   Carotte   chou de Bruxelles   Fiche technique   ITAB   Piment   Poirée   Principes   scarole  Ail  Artichaut  Asperge  Aubergine  Bette  Betterave  Bio  Céleri  chicon  Chicorée  Chicorée  Chou pommé  Chou-Fleur  Chou-rave  Concombre  Conservation  Courge  Courgette  Désherbage  Doucette  Echalote  Endive  Epinard  Fenouil  Fève  fiche technique patate douce bio  Fiches techniques  Fraise  Guide Maraichage  Haricot  ITAB  Laitue  Légumes  Légumes Bio  Légumes Bio  Mâche  Maladies et ravageurs  Maraîchage Bio  Maraichage  Mâche  Melon  Navet  Oignon  Organisation  Panais  Patate douce  Planification  Plants  Poireau  Pois  Poivron  Pomme de terre  Potimarron  Produire des légumes biologiques  Radis  Références  Récolte  Santé des plantes  Semences  Technico-économiques  Tomate